Hymne national du Canada

Versions de l'hymne nationale en format MP3 :

Note : Pour faire l'écoute du fichier MP3, rendez-vous sur l'hyperlien choisi et appuyez sur la touche à la gauche de votre souris. Si vous voulez télécharger le fichier, appuyez sur la touche à la droite de votre souris, sélectionnez « sauvegarder la cible » et choisissez l'endroit où vous désirez enregistrer le fichier.

Pour obtenir une copie en braille de la version de O Canada, consultez la bibliothèque du INCA.

Ô Canada!

Les paroles (version française)

Consulter la version en français de la feuille de musique en version PDF, 273 Ko

« Ô Canada! Terre de nos aïeux,
Ton front est ceint de fleurons glorieux!

Car ton bras sait porter l'épée,
Il sait porter la croix!

Ton histoire est une épopée
Des plus brillants exploits.

Et ta valeur, de foi trempée,
Protégera nos foyers et nos droits.

Protégera nos foyers et nos droits. »

Les paroles (version anglaise)

Consulter la version en anglais de la feuille de musique en version PDF, 151 Ko

O Canada!
Our home and native land!
True patriot love in all thy sons command.

With glowing hearts we see thee rise,
The True North strong and free!

From far and wide,
O Canada, we stand on guard for thee.

God keep our land glorious and free!
O Canada, we stand on guard for thee.

O Canada, we stand on guard for thee.

Les paroles (version bilingue - non officielle)

Consulter la version bilingue de la feuille de musique en version PDF, 273 Ko

O Canada! Our home and native land!
True patriot love in all thy sons command,


Car ton bras sait porter l'épée,
Il sait porter la croix!

Ton histoire est une épopée
Des plus brillants exploits,

God keep our land glorious and free!
O Canada, we stand on guard for thee.

O Canada, we stand on guard for thee.

Historique de l'hymne national du Canada

Sommaire de l'historique de « Ô Canada »

 « Ô Canada » a été proclamé comme hymne national le 1er juillet 1980, un siècle après avoir été chanté pour la première fois, le 24 juin 1880. La musique est l'œuvre de Calixa Lavallée, célèbre compositeur, et les paroles françaises sont de sir Adolphe-Basile Routhier. Le chant est devenu de plus en plus populaire et, au cours des années, il est apparu de nombreuses versions anglaises. La version anglaise officielle est basée sur celle composée en 1908 par le juge Robert Stanley Weir. Elle incorpore les changements apportés en 1968 par un comité mixte du Sénat et de la Chambre des communes. La version française n'a pas été modifiée.

Genèse de « Ô Canada »

 « Ô Canada », en tant que chant national canadien, a été commandé par Son Honneur le lieutenant-gouverneur du Québec, l'honorable Théodore Robitaille, à l'occasion du Congrès national des Canadiens-Français, tenu en juin 1880, et qui devait culminer avec la célébration de la fête de saint Jean-Baptiste.

Le lieutenant-gouverneur, soucieux à juste titre de décider d'un hymne national distinctif, demanda au juge Adolphe-Basile Routhier, de la Cour supérieure du Québec, d'écrire un poème dont il verrait par la suite à faire composer la musique. Robitaille remit ensuite le poème que Routhier avait intitulé « Ô Canada, terre de nos aïeux » à Calixa Lavallée, lui demandant de composer une musique qui l'accompagne. C'est la version que tous nous avons apprise. Cependant, une lettre de Routhier au Dr. T.B. Richardson, l'un des premiers à avoir adapté le poème en anglais, indique clairement que c'est M. Ernest Gagnon, un des meilleurs pianistes de son temps,qui a suggéré à Lavallée et Routhier de préparer un chant national pour le Congrès des Canadiens-Français de 1880. Lavallée aurait insisté auprès de Routhier pour composer la musique en premier, ce qui permit à Routhier d'écrire son poème en tenant compte de la mesure et du rythme.

Une légende entoure l'histoire de la composition musicale d'« Ô Canada ». Un jour que Lavallée s'était rendu à St-Hyacinthe pour y donner un concert, il s'isola le long de la rivière Yamaska. À un endroit précis le long du rivage, il aurait entendu des sons mystérieux. C'est à ce moment qu'il aurait été inspiré pour écrire « Ô Canada ».

Cependant, c'est dans sa résidence du 22 de la rue Couillard à Québec que, en une soirée, Lavallée composa la musique de ce qui devait être généralement accepté comme l'hymne national du Canada et proclamé cent ans plus tard l'hymne national officiel du pays.

Il avait été entendu que la musique entraînante de Lavallée devait d'abord être jouée à la fin de la grand'messe de la Saint-Jean, le 24 juin 1880. Cependant, pour des raisons obscures, on décida de reporter l'audition de l'hymne au lendemain, lors d'une réception du lieutenant-gouverneur en l'honneur du gouverneur général, le Marquis de Lorne, dans les jardins de « Spencer Wood » (plus tard Bois-de-Coulonge).

Comme les amis de Lavallée étaient d'avis qu'il eût été malheureux que le chant « Ô Canada » soit lancé lors d'une cérémonie où, en définitive, il y aurait relativement peu de spectateurs, on arrangea pour la soirée du 24 juin une occasion où pourrait être exécutée la mélodie de Lavallée.

Ce fut à la fin du banquet qui devait couronner les fêtes de la Saint-Jean, et auquel participaient les plus hauts dignitaires de la Province, que l'« Ô Canada » allait retentir pour la première fois. Toutes les personnes présentes à ce moment dans le Pavillon des Patineurs, où se tenait le banquet, en restèrent électrisées.

Il y a près de vingt versions anglaises (des adaptations plutôt que des traductions) des paroles composées par sir Adolphe-Basile Routhier. Parmi celles-ci, la version écrite par l'honorable Robert Stanley Weir à l'occasion du tricentenaire de la fondation de la ville de Québec, en 1908, et légèrement modifiée au fil du temps, est celle qui a été acceptée par la population canadienne.

Les paroles du « Ô Canada », par R.S. Weir, doivent leur grande popularité au Canada au fait que dès 1911 elles figuraient à l'endos de la couverture de nombreux volumes scolaires dans plusieurs provinces canadiennes.

Elles furent également publiées avec quelques modifications, de façon plus officielle, à l'occasion du soixantième anniversaire de la Confédération, en 1927, et à l'occasion de la visite royale de 1939.

La musique de Calixa Lavallée a été arrangée pour être jouée au carillon de la Tour de la Paix du palais du Parlement.

Calixa Lavallée

 Calixa (baptisé Calixte) Lavallée est né le 28 décembre 1842 à Verchères (Canada-Est), fils d'Augustin Paquet dit Lavallée, forgeron, puis facteur d'orgues chez les Casavant de Saint-Hyacinthe avant de devenir luthier, et de Marie-Caroline Valentine (de descendance écossaise).

En 1855, le jeune Calixa est conduit à Montréal pour y étudier la musique. Deux ans plus tard, il s'enfuit à la Nouvelle-Orléans avec une troupe de théâtre. Ses succès dans des compétitions musicales lui valent un engagement pour une tournée au Brésil, aux Antilles et dans plusieurs États des États-Unis.

Au retour de cette tournée, il s'engage comme chef d'orchestre dans l'armée du nord au cours de la Guerre civile américaine. Pendant son service, il est blessé dans un combat sur les bords de la rivière Potomac.

Rétabli, il revient à Montréal où il donne des cours de piano et participe à des concerts. À la suite d'un concert qu'il donne à Montréal en 1863, le journal musical de Montréal « Les Beaux Arts » le décrit de la façon suivante:

« Un musicien intelligent et de talent qui saura bientôt acquérir la confiance de la société montréalaise... »

Cependant, Lavallée se lasse de la lenteur des événements dans le domaine artistique et décide de retourner aux États-Unis en 1865. Ce deuxième exil le conduit en Californie et ensuite au Massachusetts où il épouse en 1867 Josephine Gently, de Lowell. En 1870, il devient directeur du Grand Opera de New York, jusqu'en 1872.

Mais le Canadien errant reviendra plus tard à Montréal où il sera acclamé comme artiste de calibre. Un article d'une revue montréalaise le décrit de la façon suivante, en 1872:

« Essentiellement national et par conséquent populaire, le véritable musicien national du Canada. »

En 1873, son mécène Léon Derome de même qu'un groupe d'amis décident de lui financer des études musicales à Paris. Ce rêve qu'il chérissait depuis déjà plusieurs années se réalise quelques mois plus tard alors qu'il a la chance d'étudier avec des maîtres de la trempe de Bazin, Boieldieu fils, et Marmontel.

Le maître Marmontel lui envoya un témoignage digne de son talent à la suite d'une composition musicale qui fut interprétée par un orchestre parisien en 1874. La lettre de Marmontel se lisait ainsi:

« Je compte sur vous pour transmettre à vos chers compatriotes les conseils que je vous ai donnés et que vous avez su apprécier. Faites aimer et comprendre la belle musique, faites estimer l'art et les artistes et prouvez aux envieux et aux détracteurs que vous avez un talent à l'abri de tout reproche. Je compte sur vous et je ne doute pas un instant de votre honneur et de votre délicatesse. Votre professeur et ami, Marmontel »

De retour au Canada, il se fait le promoteur enthousiaste et infatigable des producteurs d'opéra à Montréal et à Québec. Lavallée compose la musique de « Ô Canada », qui fut jouée pour la première fois le 24 juin 1880.

Déçu dans son espoir de fonder un conservatoire de musique au Canada, Calixa Lavallée retourne aux États-Unis à la fin de 1880 et s'établit à Boston en 1882, où il passa ses dernières années, enseignant la musique et participant à divers concerts. Il est mort à Boston le 21 janvier 1891.

La dépouille mortelle du grand compositeur canadien, inhumée à Boston en 1891, a été transportée à Montréal au mois de juillet 1933, et mise en terre du cimetière de la Côte-des-Neiges.

Sir Adolphe-Basile Routhier

Né le 8 mai 1839 à Saint-Placide (Bas-Canada), Adolphe-Basile Routhier fit ses études en droit à l'Université Laval et pratiqua à Kamouraska.

Routhier fut nommé juge à la Cour supérieure du Québec en 1873, et devint juge en chef du Québec de 1904 jusqu'à sa retraite en 1906.

Il était probablement mieux connu en tant que poète plutôt que juge. On peut donc comprendre que l'honorable Théodore Robitaille, lieutenant-gouverneur du Québec, lui demanda d'écrire un hymne présenté au Congrès national des Canadiens-Francais en 1880. Son poème, « Ô Canada », fût un grand succès dès sa première présentation.

Sir Adolphe fut fait Chevalier de l'Ordre du Bain (K.B.) en 1911. Il était membre fondateur du Société Royale du Canada, dont il fut le président en 1914-1915.

Sir Adolphe-Basile Routhier est mort à Saint-Irenée-les-Bains(Québec) le 27 juin 1920.

Robert Stanley Weir

Né le 15 novembre 1856 à Hamilton (Canada-Ouest).

Après des études à l'École normale McGill, R.S. Weir enseigne à Montréal avant d'étudier le droit à l'Université McGill.

R.S. Weir pratiqua le droit à Montréal jusqu'en 1899, alors qu'il devint juge à la cour municipale.

Weir était une autorité incontestée sur les aspects historiques du droit municipal. Il est l'auteur de plusieurs travaux de droit et de recueils de vers.

L'honorable Robert Stanley Weir devint membre de la Société royale du Canada en 1923, et fut nommé à la Cour de l'Échiquier en 1926.

Il est mort au Lac Memphremagog (Québec) le 20 août 1926.

Démarche au Parlement

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, « Ô Canada » est le mieux connu de tous les chants patriotiques au Canada. En 1924, l'Association des « Canadian Clubs » adopte à l'unanimité une résolution recommendant la version Weir comme chant acceptable aux réunions des « Canadian Clubs ».

En 1927, une version d'« Ô Canada » est autorisée dans certaines écoles et réunions publiques.

Le 27 juillet 1942, on demande au premier ministre William Lyon Mackenzie King s'il ne croit pas le moment favorable pour proclamer un hymne national. Il répond qu'on ne peut s'occuper de tout en même temps et qu'en temps de guerre, le Parlement a des questions plus importantes à régler et que l'on ferait peut-être bien de continuer à faire comme on a l'habitude de faire au Canada depuis quelques années, soit de considérer « Ô Canada » et « Dieu protège le Roi » comme hymnes nationaux.

Quelques années plus tard, le premier ministre Louis St-Laurent faisait une déclaration semblable.

En 1964 le gouvernement fédéral crée un comité spécial mixte chargé d'étudier le statut de « Dieu protège la Reine » et d'« Ô Canada ».

Le 31 janvier 1966, le premier ministre Lester B. Pearson inscrit un avis de motion au feuilleton: « Que le gouvernement soit autorisé à prendre les mesures nécessaires pour décréter que l'« Ô Canada » est l'hymne national du Canada tandis que le « Dieu protège la Reine » est l'hymne royal du Canada. »

Le 15 mars 1967, un comité spécial mixte recommande à l'unanimité que le Gouvernement soit autorisé à adopter sans délai la musique composée pour « Ô Canada » par Calixa Lavallée comme musique de l'hymne national du Canada et que l'annotation « Dignement, mais pas trop lentement » soit inscrite sur la partition.

Le Comité estime essentiel que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour acquérir les droits d'auteur sur la musique en décrétant qu'elle devienne à perpétuité la propriété de Sa Majesté du chef du Canada. Cette mesure comporterait également que nul autre n'ait le droit d'auteur sur cette musique, ni sur aucun arrangement ou adaptation de la dite musique.

Le Comité recommande une autre étude des couplets. Il propose de garder la version française originale et d'utiliser la version anglaise de Weir en y apportant quelques légères modifications, c'est-à-dire le remplacement de deux vers de « Stand on Guard » par « From Far and Wide » et « God Keep Our Land ». Les droits sur la version Weir ont été acquis par le gouvernement de la firme G.V.Thompson en 1970.

Un relevé des Débats de la Chambre des communes depuis 1949 nous indique qu'il y a eu 14 projets de loi présentés soit par le gouvernement soit par des simples députés:

  • 1ère Session - 32e Législature (1980)
    • Bill Herbert
    • Bill MacMillan
  • 4e Session- 31e Législature (1979)
    • Bill Herbert (C-492)
  • 4e Session- 31e Législature (78-79)
    • Bill Herbert
    • Bill Jones
  • 3e Session- 30e Législature (77-78)
    • Bill Herbert
    • C-9 (gouv.)
  • 2e Session- 30e Législature (76-77)
    • C-10 (gouv.)
  • 1ère Session - 30e Législature (74-76)
    • C-11 (gouv.)
  • 4e Session- 28e Législature (1972)
    • C-158 (gouv.)
  • 2e Session- 27e Législature (67-68)
    • Bill Allard (C-134)
  • 1ère Session - 27e Législature (66-67)
    • Motion du premier ministre Pearson
    • Bill Ryan (C-54)
    • Bill Allard (C-31)
  • 2e Session- 26e Législature (64-65)
    • Bill Ryan (C-64)
  • 1ère Session - 26e Législature (1963)
    • Bill Ryan (C-55)
  • 1ère Session - 25e Législature (62-63)
    • Motion du député (débat)

En février 1968, Le Comité spécial mixte recommande à l'unanimité que le gouvernement soit autorisé à adopter sans délai la musique composée par Lavallée, que les paroles françaises de Routhier soit adoptées sans amendement, et que les paroles de Weir soient modifiées.

Le 28 février 1972, le secrétaire d'État, Gérard Pelletier, présente pour première lecture le Bill C-158. Ce projet de loi n'a pas fait l'objet de débats avant la fin de la quatrième session du 28e Parlement.

Le 4 octobre 1974, le même projet de loi est présenté par le secrétaire d'État, Hugh Faulkner. Bill C-11 meurt au feuilleton de la première session du 30e Parlement.

Le 21 octobre 1976, le secrétaire d'État, John Roberts, inscrit à nouveau un projet de loi relatif à l'hymne national. Bill C-10 n'est pas présenté en deuxième lecture avant la fin de la deuxième session.

Le 28 octobre 1977, au début de la troisième session, M. Roberts présente à nouveau le texte de loi, Bill C-9, qui connaît le même sort que les trois premières versions.

Le député H. Herbert a présenté le Bill C-438 le 10 avril 1978 visant à faire adopter comme hymne national les versions proposées par le gouvernement dans C-9, en remplaçant toutefois « native land » par « cherished land » dans la version anglaise. Cette mesure a connu le même succès que les autres relatives à « Ô Canada ».

Le 18 juin 1980, le secrétaire d'État, Francis Fox, présente un projet de loi semblable aux mesures précédentes du gouvernement, pour remplir une promesse qu'il faisait à la Chambre quelques jours plus tôt à l'effet de faire désigner « Ô Canada » en tant qu'hymne national officiel le plus tôt possible au cours de l'année du centenaire de l'œuvre. Le bill est adopté à l'unanimité de la Chambre des communes et du Sénat le 27 juin et reçoit la sanction royale le même jour.

Le 1er juillet 1980, le gouverneur général, Son Excellence le très honorable Edward Schreyer, proclame la loi sur l'hymne national faisant « Ô Canada » un des symboles officiels du pays au cours d'une cérémonie officielle publique tenue sur les pelouses du palais du Parlement à midi en présence de milliers de Canadiens. Des descendants de Weir et Routhier se trouvaient sur la tribune d'honneur, ainsi que le successeur de Robitaille, l'honorable Jean-Pierre Côté.

Poème original de Routhier

Poème d'Adolphe-Basile Routhier composé en 1880. Le premier couplet a été proclamé la version française officielle de l'hymne national du Canada en 1980.

 « Ô Canada! Terre de nos aïeux,
Ton front est ceint de fleurons glorieux!
Car ton bras sait porter l'épée,
Il sait porter la croix!
Ton histoire est une épopée
Des plus brillants exploits.Et ta valeur, de foi trempée,
Protégera nos foyers et nos droits
Protégera nos foyers et nos droits.

Sous l'œil de Dieu, près du fleuve géant,
Le Canadien grandit en espérant,
Il est né d'une race fière,
Béni fut son berceau;
Le ciel a marqué sa carrière
Dans ce monde nouveau.
Toujours guidé par Sa lumière,
Il gardera l'honneur de son drapeau,
Il gardera l'honneur de son drapeau.

De son patron, précurseur du vrai Dieu,
Il porte au front l'auréole de feu;
Ennemi de la tyrannie,
Mais plein de loyauté,
Il veut garder dans l'harmonie
Sa fière liberté.
Et par l'effort de son génie,
Sur notre Sol asseoir la vérité,
Sur notre Sol asseoir la vérité!

Amour sacré du trône et de l'autel
Remplis nos cœurs de ton souffle immortel.
Parmi les races étrangères
Notre guide est la foi;
Sachons être un peuple de frères,
Sous le joug de la loi;
Et répétons comme nos pères
Le cri vainqueur: « Pour le Christ et le Roi »
Le cri vainqueur: « Pour le Christ et le Roi. »

Traduction en français de la version anglaise de l'hymne national

« Ô Canada, notre patrie et pays natal
Objet de l'amour patriotique de tous tes fils
Le cœur heureux, nous te regardons grandir
Pays du nord, puissant et libre
De loin et de partout,

Ô Canada
Nous sommes prêts à tout pour toi
Dieu garde notre patrie glorieuse et libre

Ô Canada, nous sommes prêts à tout pour toi
Ô Canada, nous sommes prêts à tout pour toi. »

Musique et lyrique

Parce que la Loi concernant l'hymne national du Canada détermine seulement la mélodie pour l'hymne, les musiciens ont le loisir de faire les arrangements qui leur conviennent.

Il n'y a pas de droits d'auteur sur la mélodie et les paroles de l'hymne national, la Loi les plaçant les uns et l'autre dans le domaine public. Il est toutefois possible d'obtenir des droits d'auteur sur les arrangements musicaux.

Il est aussi possible de traduire dans d'autres langues que le français et l'anglais les paroles de l'hymne national. Il faut toutefois garder à l'esprit qu'il s'agira en ce cas de traduction, non d'une version officielle.

Les hymnes nationaux lors d'événements

Aucune règle spécifique ne dicte le moment approprié pour chanter l'hymne national à un événement. Il appartient aux organisateurs de déterminer si le «  Ô Canada » sera chanté au début ou à la fin d'une cérémonie. Cependant, si deux hymnes sont joués au début d'un événement, le «  Ô Canada » doit être joué en premier suivi de l'autre. Si les hymnes sont pour être joués à la fin de l'événement, le «  Ô Canada » doit être le dernier.

Étiquette durant l'hymne national

Selon la tradition et par marque de respect, il est approprié d'être debout lorsque le «  Ô Canada » est joué. La même étiquette s'applique lorsqu'il s'agit de l'hymne d'une autre nation.

La tradition veut également que les hommes dans le civil retirent leur chapeau durant l'hymne national. Ce n'est pas le cas pour les femmes et les enfants.

Il n'y a pas de loi ou de règles gouvernant l'hymne national; c'est laissé à la bonne volonté des personnes présentes à une manifestation publique.

Utilisation commerciale

«  Ô Canada » est du domaine public et peut être utilisé sans autorisation préalable du gouvernement.

Note :

Pour consulter la version en format PDF (format de document portable), vous devez avoir un lecteur PDF installé sur votre ordinateur. Si vous n'en avez pas déjà un, plusieurs lecteurs peuvent être téléchargés gratuitement ou achetés sur Internet :

Pour profiter des avantages qu'offre le format PDF :

  • sauvegardez le formulaire sur votre ordinateur;
  • ouvrez le document avec votre lecteur PDF;
  • remplissez le formulaire;
  • sauvegardez-le une fois rempli.

Il n’est pas recommandé d’ouvrir un formulaire PDF directement à partir de votre navigateur; certains utilisent des modules d’extension (plugins) par défaut pour lire les PDF, ce qui pourrait causer des ennuis au moment d’entrer les données dans le formulaire PDF.