Intersections : Naviguer dans le paysage culturel - Patrimoine canadien

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format en communiquant avec le ministère du Patrimoine canadien.

L'année en bref : Musique et radio

  • Politique et programmes de la musique
  • Politique et programmes de la radiodiffusion (radio)

L'industrie de la musique au Canada génère une activité économique de plus de 3 milliards de dollars par année : 1,5 milliard de dollars par la radio commerciale, 750 millions par les concerts, 695 millions par les enregistrements et 120 millions par les droits d'exécution publique34.

La musique a été l'une des premières industries culturelles à être touchée par la révolution numérique. Aujourd'hui, 63 % des jeunes Canadiens achètent de la musique numérique, et 59 % disent avoir téléchargé de la musique gratuitement35. Cependant, les deux façons les plus populaires d'écouter de la musique demeurent la radio et le disque compact; respectivement 83 % et 72 % des Canadiens écoutent de la musique de cette façon36.

La technologie n'a pas seulement modifié la façon dont la musique nous parvient, créant de nouvelles voies numériques et modifiant le caractère de la vente au détail, mais a aussi changé les rôles de différents participants de l'industrie. Il y a toujours eu un certain degré de chevauchement dans les rôles joués par divers intervenants de l'industrie; toutefois, ces lignes deviennent de plus en plus floues.

Malgré une baisse des recettes provenant des ventes d'enregistrements sonores, le Canada compte plus de créateurs et d'entrepreneurs musicaux que jamais auparavant, et l’exécution des œuvres canadiennes au pays et à l'étranger génère de plus en plus de recettes. Lors d'un sondage, 90 % des Canadiens ont indiqué que la musique d'artistes canadiens est, selon eux, de meilleure ou d'égale qualité à la musique d'artistes étrangers, et 86 % sont d'avis que l'écoute de la musique contribue à leur qualité de vie37.

Statistiques clés

  • Plus de 7,3 millions d'albums canadiens ont été vendus au pays en 200738.
  • Les artistes canadiens représentent près d'un tiers de toute la musique écoutée par les Canadiens39.
  • En 2007, 91 % des Canadiens de 12 ans et plus ont écouté la radio, et 80 % ont écouté des postes qui mettent principalement l'accent sur la musique40.

Mener à bien nos priorités

Le secteur des Affaires culturelles de Patrimoine canadien veille à ce que les Canadiens créent leurs propres œuvres musicales et y aient accès.

  • En 2007-2008, 346 albums ont obtenu une approbation de financement au moyen du FMC du Secteur. George Canyon, Kaïn et Wintersleep étaient au nombre des artistes qui ont reçu ce financement de production.
  • En 2007-2008, le Secteur a financé les activités de 22 sociétés canadiennes indépendantes d'enregistrement sonore. Avant 2007, ces sociétés ont lancé 147 albums par des artistes canadiens tels que Pierre Lapointe, Pascale Picard et The Joel Plaskett Emergency.
  • Le Canada dispose de plus de 1200 services radio et audio canadiens.
  • Les Canadiens vivant ou voyageant à l'étranger peuvent avoir accès à des programmes et à des reportages canadiens. Plus de 350 stations radiophoniques dans 70 pays diffusent le contenu de Radio Canada International.
  • Les ventes d'albums et de chansons individuelles téléchargés ont presque doublé chaque année pour les demandeurs du Volet entrepreneurs de la musique du FMC depuis qu'ils ont commencé à vendre leurs œuvres en ligne.

Le chapitre suivant renferme des précisions supplémentaires sur les résultats, pour les Canadiens, des activités du secteur des Affaires culturelles.

Résultats

Politique et programmes de la musique

Le secteur des Affaires culturelles contribue à donner accès aux Canadiens à plusieurs choix musicaux créés par des artistes canadiens; il aide en outre les artistes canadiens à rejoindre les auditoires canadiens et étrangers. Depuis 2001, il a principalement recours au Fonds de la musique du Canada (FMC). Celui-ci comprend sept volets de financement complémentaires, administrés soit directement par le Secteur, soit en partenariat avec des organismes fédéraux (Conseil des Arts du Canada et Bibliothèque et Archives Canada) ou des organismes de l'industrie (FACTOR, MUSICACTION et la Fondation SOCAN). Le Secteur continue d’adapter ses programmes et ses politiques aux défis et aux possibilités que présentent la nouvelle ère numérique et les forces de la mondialisation.

Financement et investissement

Le nombre d'albums (terme qui englobe les enregistrements physiques et numériques) lancés par les artistes canadiens de langue française et de langue anglaise a augmenté depuis la création du FMC en 2001. Ces enregistrements englobent toute la gamme des genres musicaux qui vont de la musique classique au jazz et au blues, en passant par la musique country, la musique folklorique et le pop/rock. En 2006, les artistes canadiens ont lancé 2345 albums, soit une hausse de 32 % par rapport à 200141.

En 2007-2008, 346 albums ont obtenu une approbation de financement par l'intermédiaire du Volet nouvelles œuvres musicales du FMC (administré par FACTOR et MUSICACTION) et du Volet diversité de la musique canadienne (administré par le Conseil des Arts du Canada). Ce nombre est légèrement inférieur aux 354 œuvres ayant obtenu une approbation de financement en 2006-2007; toutefois, il représente une augmentation par rapport à chacune des cinq années d'appui précédentes.

Le Volet entrepreneurs de la musique (VEM) du FMC, administré par Patrimoine canadien, a financé en 2007-2008 les activités de production et de promotion des 22 plus importantes sociétés canadiennes indépendantes d'enregistrement sonore, visant ainsi à accroître leur compétitivité nationale et internationale et à les positionner pour qu’elles réussissent dans une économie mondiale numérisée. Les maisons de disques financées par le VEM ont lancé 147 albums d'artistes canadiens en 2006-2007.

Le financement de la production et les autres formes de soutien offerts par le FMC, pour le marketing et les tournées, par exemple, ont aidé les artistes canadiens à atteindre des niveaux de vente importants au Canada. Le nombre d'albums sur le Palmarès des 2000 albums les plus vendus, selon Nielsen SoundScan, qui ont reçu un soutien à la production du FMC, est passé de 63 en 2001 à 87 en 2007. Le nombre d'albums sur ce palmarès lancés par des artistes qui, à un certain moment de leur carrière, avaient reçu un soutien du FMC s’élevait à 259 en 2007.

Exemple de réussite : le Prix de musique Polaris
Le Prix de musique Polaris souligne et  récompense chaque année la créativité et la diversité de la musique canadienne, puis contribue au marketing des albums démontrant le plus haut niveau d’intégrité artistique, peu importe le genre, l’affiliation professionnelle, ou l’historique des ventes. Des 30 albums en nomination pour le Prix de musique Polaris de 2006 à 2008, 28 ont été créés par des artistes qui ont reçu des fonds du FMC à un certain point de leur carrière.

Développement des compétences

Le nombre de créateurs et d'éditeurs canadiens qui reçoivent des droits d’exécution publique de la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) s'est accru considérablement depuis le lancement du FMC, soit de 34 % dans un cas et de 20 % dans l’autre42. En 2007-2008, on a procédé au lancement d'un nouveau volet du FMC spécifiquement pour les éditeurs : le VEM — Aide aux entreprises canadiennes d'édition musicale. Les résultats de ce volet feront l’objet de suivis et de comptes rendus avec le temps.

Redevances SOCAN (2007)*

Bénéficiaires

Nombre

Dollars (millions $)

Créateurs

23 636

62,6

Éditeurs

5 269

55,9

TOTAL

28 905

118,5

*À l'exclusion des droits d'exécution publique spéciaux et des versements de copies privées

Le Secteur utilise le Palmarès des 2000 albums les plus vendus établi par Nielsen SoundScan pour surveiller les ventes d'albums par des artistes canadiens. Il s’agit d’une excellente indication pour l'ensemble du marché canadien, car il couvre environ 66 % de toutes les ventes d'albums enregistrées par Nielsen SoundScan chaque année.

Palmarès des 2000 albums les plus vendus établi par Nielsen SoundScan
Ventes sur le marché intérieur, 2001 à 2007

 

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Ventes totales

42 393 000

34 659 000

31 865 000

34 014 000

33 788 000

32 137 000

27 738 000

Part de marché des ventes canadiennes

16,0 %

22,2 %

24,0 %

25,0 %

22,6 %

22,3 %

26,5 %

Nombre d'albums FMC

63

68

76

87

98

98

87

La vente d'enregistrements sonores a chuté considérablement au Canada depuis le tournant de la décennie; toutefois, les albums d'artistes canadiens constituent une plus grande proportion de ces ventes qu’auparavant. La part du marché intérieur a atteint un niveau record de 26,5 % en 2007. Les ventes d'albums par des Canadiens ont augmenté également de 6,8 millions en 2001 à 7,4 millions en 2007 en dépit d'une chute de l'ensemble des ventes de l'industrie.

Abandon des formats physiques
Les entreprises francophones et anglophones qui bénéficient d'un appui du VEM ont connu des baisses importantes de leurs ventes d’albums physiques d'artistes canadiens. Par contre, les maisons de disques instrumentaux financées par le VEM, qui comprennent celles se spécialisant dans la musique classique ou le jazz, ont connu une augmentation de leurs ventes sur le marché intérieur au cours des trois dernières années.

Étant donné la taille limitée du marché canadien, les ventes à l’étranger se sont révélées cruciales pour la viabilité des entreprises financées par le VEM. Elles représentent en effet plus de la moitié des ventes des entreprises anglophones bénéficiaires du VEM. Par ailleurs, les entreprises francophones bénéficiant d'un soutien du VEM ont vu leurs ventes sur la scène internationale doubler depuis 2002‑2003.

Les maisons de disques soutenues par le VEM continuent de connaître une baisse des ventes de leurs albums physiques; toutefois, elles commencent lentement à recueillir le fruit des ventes numériques. Les 19 sociétés d'enregistrement sonore qui ont présenté une demande de soutien au VEM chaque année depuis son lancement en 2005-2006 ont connu d'importants gains sur le plan numérique. Grâce surtout aux sociétés qui lancent la majorité de leurs albums en anglais, les ventes par téléchargement d'albums  et de chansons individuelles ont presque doublé chaque année pour les demandeurs du VEM depuis qu'ils ont commencé à vendre leurs œuvres en ligne.

Ventes unitaires d’albums physiques admissibles selon la langue de l’entreprise

 

Marché canadien

 

2002-2003

2003-2004

2004-2005

2005-2006

2006-2007

Anglais

510 128

857 518

548 344

272 363

201 143

Français

1 548 264

1 948 645

1 403 375

1 402 802

1 205 977

Instrumental

289 688

230 684

203 482

255 890

306 485

Total

2 348 080

3 036 847

2 155 201

1 931 055

1 713 605

 

International

 

2002-2003

2003-2004

2004-2005

2005-2006

2006-2007

Anglais

300 582

225 668

277 843

229 023

269 482

Français

55 064

64 747

160 469

127 783

123 343

Instrumental

89 391

120 380

109 267

66 478

77 061

Total

445 037

410 795

547 579

423 284

469 886

Source : Base de données du VEM.

Résultats

Politique et programmes de la radio

Le volet radio de la Politique et des programmes de la radiodiffusion du secteur des Affaires culturelles fonctionne de manière semblable au volet écran. Les résultats radio et écran de la Politique et des programmes de la radiodiffusion sont présentés à la section « À l'écran » de ce rapport. On trouvera ci-dessous les faits saillants relatifs à la radio.

Les recettes provenant de la radio ont augmenté à un taux moyen de 6 % depuis 2003. Ces dernières années, la radio a profité de niveaux record de recettes et de rentabilité. Comme toutes les autres industries de la radiodiffusion, le secteur de la radio a fait l’objet d’une importante concentration. En 2007, les cinq groupes radio les plus importants comptaient pour 70 % de toutes les recettes radio, contre 44 % en 199943. Effectué en 2007, l'examen par le CRTC de sa façon d'aborder la concentration de la propriété ainsi que d'autres questions ayant trait à la diversité des voix au Canada dans la radiodiffusion canadienne tel que mentionné précédemment s'applique aussi aux sociétés œuvrant dans le milieu da la radio.

La radio numérique offre une meilleure qualité sonore, un plus grand choix de canaux et une utilisation plus efficace du spectre des radiofréquences. Contrairement à la télévision, il n'y a pas de date limite pour la conversion à la radio numérique au Canada.

Les diffuseurs radio ont recours à Internet pour diffuser en ligne. Ils augmentent ainsi leurs auditoires pour les rejoindre partout dans le monde. Selon une étude de 2006, 90 % des stations radio rejoignent leurs auditoires à partir de cette plateforme44. En 2007, le nombre d'abonnés à la radio par satellite s'est élevé à 750 000 pour Sirius Canada et à 400 000 pour Satellite Radio Canada.

Développement des compétences

Une des directives clés du Secteur pour la radio consiste à donner accès aux Canadiens et au monde entier à des œuvres culturelles canadiennes diversifiées et excellentes. Grâce au travail du Secteur par l'intermédiaire du CRTC, cette directive est respectée :

  • Le Canada compte plus de 1200 services radio et audio canadiens45.
  • Les Canadiens habitant ou voyageant à l’étranger peuvent garder le contact avec leur pays chaque jour. Plus de 350 stations radio dans 70 pays diffusent en effet les programmes et reportages de Radio Canada International.
  • Les Canadiens écoutent en moyenne 18,3 heures de radio par semaine46.
  • Les recettes de la radio privée sont passées de 1,2 milliard de dollars en 2003 à 1,5 en 200747.
  • Le nombre de personnes qu'emploie l'industrie de la radio s’élevait à 10 169 en 200748.
  • En 2007, le nombre d'abonnés à la radio par satellite se chiffrait à 750 000 pour Sirius Canada et à 400 000 pour Satellite Radio Canada49. Depuis, les sociétés mères américaines, Sirius et XM, ont fusionné.

    [ Page précédente | Table des matières | Page suivante ]